Logo Kanton Bern / Canton de BerneDélégué aux affaires ecclésiastiques et religieuses
  • de
  • fr

Politique religieuse du canton de Berne

Le canton de Berne mène une politique religieuse qui, pour relever les défis actuels, tient compte à la fois de la diversité des religions et des prestations d’intérêt général que fournissent les Églises nationales.

Le canton de Berne entretient des liens étroits avec l’Église nationale réformée évangélique depuis un demi-millénaire. Au XIXe siècle, ses relations se sont étendues aux Églises catholique romaine et catholique chrétienne. En 1997, enfin, il a reconnu les communautés israélites de Berne et de Bienne comme étant de droit public.

Échanges directs à la place d’une charte des religions

En septembre 2022, le Conseil-exécutif a adopté le rapport «Charte des religions» faisant suite au postulat 192-2017 Hamdaoui (Le Centre, Biel/Bienne), qui demandait la création d’une charte pour les communautés religieuses de droit privé. Le rapport montre qu’une charte élaborée conformément au postulat n’est pas une mesure souhaitable de politique religieuse. Le bénéfice potentiel est limité et n’est pas à même de compenser les aspects problématiques de la proposition.

Le délégué aux affaires ecclésiastiques et religieuses (DAER) poursuivra et intensifiera les échanges directs avec l’ensemble des communautés religieuses.

Prestations d’intérêt général fournies par les Églises nationales

La nouvelle loi sur les Églises nationales est en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Elle sous-tend la relation de partenariat entre le canton et les Églises nationales reconnues. Elle met en évidence leur contribution à la solidarité au sein de la collectivité, à la transmission de valeurs fondamentales, à la paix confessionnelle, à la formation religieuse et à la sauvegarde du patrimoine culturel. En 2014, des experts ont été appelés à remettre un rapport sur les relations entre l’Église et l’État. Ce rapport a servi au Conseil-exécutif et au Grand Conseil pour développer les principes sur lesquels se fonde la nouvelle loi.

  • Bases légales

  • Églises nationales

Défis en matière de politique des religions

Un tiers de la population bernoise est considérée comme étant sans confession. Cette catégorie rassemble les personnes qui n’ont pas de religion et les membres de communautés religieuses de droit privé. Ces dernières présentent des divergences au niveau théologique certes, mais aussi en termes de langue et de degré d’organisation. Par ailleurs, lorsqu’une communauté naît d’un flux migratoire, les expériences faites avec les structures étatiques dans les divers pays d’origine sont souvent différentes. La mise en place des relations et le maintien de contacts réguliers impliquent plusieurs services cantonaux. L’analyse de la politique religieuse du canton de Berne, de 2018, décrit les défis actuels et comporte une série de recommandations.

 

La DIJ prévoit les étapes suivantes: 

  • Établissement d’une carte numérique des religions mettant en évidence la diversité des communautés et facilitant la prise de contact. 
  • Institution d’un suivi du paysage confessionnel servant de base aux démarches à entreprendre pour réduire les actuelles inégalités de traitement entre les différentes communautés religieuses sur les plans du financement, de la formation et de l’encadrement spirituel.
  • Réseautage avec les acteurs représentant les différentes communautés religieuses afin de rendre possible une action rapide au quotidien comme en situation de crise.
Partager